Industrie

L’industrie forestière québécoise comprend trois grands secteurs, dont le secteur du sciage résineux, le secteur du sciage et déroulage de feuillus, que l’on peut regrouper sous la bannière des produits du bois (incluant le bois d’œuvre, les panneaux et les produits du bois à valeur ajoutée) et le secteur des pâtes, papiers, et cartons (incluant la pâte commerciale, le papier journal, le carton et les produits du papier transformé).
 

Le secteur forestier représente une partie importante de l’économie québécoise soit 2.8 % du PIB québécois en 2010. La province ne compte aujourd'hui pas moins de 124 scieries et 39 usines de pâtes et papiers, qui ne sont pas tous membres au CIFQ.

 

Le chiffre d'affaires du secteur foresiter du Québec représentait 15,8 milliards de dollars en 2012. La valeur des exportations atteignait 6,8 milliards de dollars en 2012, soit 11 % de la valeur totale des exportations du Québec. Les marchés d’exportation privilégiés sont les États-Unis (96.6 %), viennent ensuite l'Afrique, le Moyen-Orient et l'Asie. Le Québec est la plus importante province productrice de pâtes, papiers et cartons, avec 30,7 % de la production totale canadienne, ce qui représente plus de la moitié de la production canadienne de papier journal.


Depuis l’effondrement du marché de l’habitation aux États-Unis, le secteur forestier québécois est confronté à de nombreux défis. Sans compter que l’industrie forestière québécoise génère plus de 60 906 emplois directs (2012),  une perte de près de 18 465 emplois, soit 23,3 % depuis le début de la crise.
 

Devenir membre
Recherche membres